La trêve des confiseurs dans la zone euro (30/11/2012)

Le mois de novembre aura été marqué par une détente de
l’aversion au risque en zone euro. Deux événements ont
soutenu cette tendance : le nouvel accord sur la Grèce
entre les membres de la troïka (dissipant à court terme le
risque de sortie de la zone euro) et la validation par la
Commission Européenne du plan de restructuration des
banques espagnoles avec le versement par le MES d’une
tranche d’aide de 37 milliards d’euros dès la fin du mois
de décembre. La détermination des Européens est ainsi
réaffirmée, faisant notamment baisser les rendements
obligataires des pays périphériques,véritables baromètres
de l’aversion au risque dans la zone euro (4.50% pour le 10
ans italien et 5.30% pour l’espagnol soit un plus bas depuis
fin 2010 !). Ces avancées sont incontestables, mais elles
n’effacent en rien les difficultés grecques et espagnoles
à venir. Nul doute que la BCE continuera de jouer un rôle
essentiel dans les prochains mois…

Une fois n’est pas coutume, les marchés se sont focalisés
sur les Etats-Unis et sur leur situation budgétaire avec
le fameux « fiscal cliff » (ou falaise budgétaire) et
l’attente d’un compromis rapide entre les républicains
et démocrates pour éviter un défaut de paiement en
janvier 2013. Sauf catastrophe sur ce sujet, les marchés
devraient garder leur belle dynamique et pourquoi pas
nous offrir un rallye de fin d’année ?

Dans ce contexte plus favorable pour les actifs risqués,
nous avons donc augmenté la part actions dans nos portefeuilles et dans les actuels arbitrages effectués. Le marché obligataire étant de plus en plus cher,
nous pensons que les flux reviendront de manière plus
soutenue sur les marchés actions européens une fois que
toutes les opportunités de rendement seront épuisées
sur les obligations corporate, ce qui nous semble être
de plus en plus le cas
.
Notre objectif principal demeure toujours la maximisation
du couple rendement-risque entre les différentes classes
d’actifs : actions européennes, obligations corporate
européennes et le monétaire. Actuellement, le niveau
de plus en plus bas de rémunération des obligations
(3.70%) nous incite à renforcer la poche actions et donc
à assumer plus de volatilité.

Newsletter 32 : Quelle est la réelle rentabilité des placements qui s’offrent à vous aujourd’hui ?

Deux chercheurs américains reconnus à la prestigieuse Froggy University nous font l’honneur de publier une étude forte intéressante sur l’impact des différentes crises économiques sur la capacité des français à réaliser des opération mathématiques simples. A l’origine de leur étude, le sondage ci-dessous montre qu’un français sur 2 ne sait pas combien rapporte un placement de 2% par an sur une somme investie de 100€.

Imaginons que vous placiez 100€ sur un compte rémunéré à 2% par an; Vous ne faites plus aucun versement sur ce compte et vous ne retirez pas non plus d’argent. Combien aurez-vous sur votre compte un an plus tard, une fois les intérêts versés ? {(réponses spontanées recodées “à posteriori” en %)}

||Source Credoc, Enquète sur “La culture financière des Français” (2011)|||
|{{102 €}}|{{51%}}|
|Plus de 102 €|19%|
|Moins de 102 €|4%|
|Ne sait pas|26%|

||Comparaison avec quelques pays de l’OCDE (Proportion d’individus qui, dans chaque pays, trouve la bonne réponse à la question précédente)|Source : OCDE, Enquète “Financial Titeracy measurement”, 2011||
|{{Irlande}}|{{76 %}}|
|Allemagne, Estonie|64 %|
|Royaume-Uni|62 %|
|Hongrie|61 %|
|Pologne, Rép. Tchèque|60 %|
|Malaisie|54 %|
|France, Arménie|51 %|
|Afrique du Sud|44 %|
|||

{{Les chiffres du premier trimestre 2012, retenus pour l’étude}}
La collecte nette en assurance vie (versements moins rachats) est négative de 2 milliards selon la Fédération Française des Sociétés d’Assurances.
Sur la même période, les dépôts sur livrets A ont bondis de 8 milliards et ceux sur les LDD de 1 milliard selon la Caisse des Dépôts et Consignations.
L’immobilier se porte toujours bien, même si les volumes ont baissé de 15%, selon les notaires de France. Est-ce un début de phase de baisse ou une simple respiration ? L’avenir nous le dira.
Notons que l’inflation était de 2,3% par an à fin mars (source Insee).

||Placement bancaire|||
|{{ }}|{{Rentabilité brute}}|{{PLF}}|{{Prélèvements sociaux}}|{{Rentabilité nette}}|{{Inflation}}|{{Rentabilité nette d’inflation}}|
|Livret A|2,25%|0%|0%|2,25%|2,30%|-0,05%|
|Super Livret 5% pendant 4 mois, 2,2% au-delà|3,13%|24%|15,5%|1,89%|2,30%|-0,41%|
|Compte terme|3,00%|24%|15,5%|1,82%|2,30%|-0,49%|
|Sicav monétaire|0,80%|19%|15,5%|0,52%|2,30%|-1,78%|

Attention, nous avons raisonné ici avec un taux de rendement du Livret A à 2,25% comme actuellement. Or, on parle qu’il diminuerait à 2 voir à 1,75% au 1er février prochain.

||Placement immobilir|||
|{{ }}|{{Rentabilité brute}}|{{PLF}}|{{Prélèvements sociaux}}|{{Rentabilité nette}}|{{Inflation}}|{{Rentabilité nette d’inflation}}|
|SCPI en direct|5,20%|14%|15,5%|3,67%|2,30%|1,37%|
|SCPI en direct|5,20%|30%|15,5%|2,83%|2,30%|0,53%|
|SCPI en direct|5,20%|41%|15,5%|2,26%|2,30%|-0,04%|

||Placement obligataire|||
|{{ }}|{{Rentabilité brute}}|{{PLF}}|{{Prélèvements sociaux}}|{{Rentabilité nette}}|{{Inflation}}|{{Rentabilité nette d’inflation}}|
|Placement obligataire : Obligation d’entreprise|6,00%|24%|15,5%|3,63%|2,30%|1,33%|
|Assurance vie|||||||
|< 4 ans|6,00%|35%|15,5%|2,97%|2,30%|0,67%| |de 4 à 8 ans|6,00%|15%|15,5%|4,17%|2,30%|1,87%| |>8 ans, abattement utilisé|6,00%|7,5%|15,5%|4,62%|2,30%|2,32%|
|>8 ans, abattement utilisé|6,00%|0%|15,5%|5,07%|2,30%|2,77%|

Les abattements sont de 4 600 € pour un célibataire et 9 200 € pour un couple marié, ou partenaires de Pacs, soumis à imposition commune sur les intérêts rachetés.

{{L’analyse sur le “sans risque”}}
Nous entendons pas “sans risque” un placement pour lequel le gain est certain et le risque en capital inexistant. Sauf, bien entendu, faillite de l’établissement bancaire ou assureur, mais nous avons vu l’incongruité de la chose.
Les banques proposent le livret A à 2,25% ou Livret de Développement Durable sur lequel, il n’y a aucune fiscalité. Elles proposent aussi les Livrets B ou super Livrets que l’on voit s’étaler en “4 X 3” dans les rues : “5% pendant 4 mois” et en plus petit “2,20% ensuite”. Enfin, il y a le compte à terme et les SICAV monétaires.
Les assureurs ont leur actif général, plus connu sous le nom de fonds en euro, sur lequel la rentabilité offerte a atteint en milieu 2012 3,37% jusqu’à fin 2013 pour les nouveaux versements.
En mettant la fiscalité et l’inflation en perspective, nous arrivons à la conclusion que le “sans risque” peut être source d’appauvrissement aujourd’hui compte tenu de l’inflation.
Ensuite, les fonds en euros offrent des performances nettes bien plus intéressantes, et cela malgré la baisse constante des rendements, pour autant que l’on respecte l’horizon d’investissement (minimum 4 ans).
Nous constatons qu’il vaut mieux placer ses liquidités sur son vieux contrat d’assurance vie plutôt que sur son Livret. Contradictoire avec les chiffres de collecte des établissements financier…

{{L’analyse sur l’immobilier}}
L’immobilier, vaste marché ! Concentrons-nous sur les SCPI que nous connaissons bien.
Il faut en convenir que les objectifs d’une détention en direct sont souvent divergents de l’assurance vie et que l’on ne peut remplacer l’autre. Néanmoins, la sentence est là aussi claire : même en tenant compte des frais de gestion du contrat, l’avantage est net sur le long terme, qui est l’horizon de placement naturel en immobilier…

{{Et pour le reste ?}}
Nous pourrions aussi appliquer cela sur l’obligataire “corporate” que beaucoup d’entre vous détiennent dans leur contrat d’assurance vie ou de capitalisation. Le rapport est du simple au double.
Sur les actions, que ce soient les dividendes ou les plus-values, un contrat d’assurance vie de plus de 4 ans est plus intéressant.
Reste l’or, l’art, le vin et la forêt que nous ne pouvons pas encore intégrer en assurance vie…

{{En conclusion}}
Avec une proportion de 4 français sur 5 qui s’estiment à l’aise en calcul, peut-être comprendront-ils qu’il vaut mieux gagner 3% que 2%. Nous vous laissons volontiers être nos porte-paroles et nous verrons début 2013 si les comportements des investisseurs français auront changé, s’ils délaisseront enfin le Livret A et l’immobilier pour revenir sur leur contrat d’assurance vie.
Et rassurez-vous, dans les autres pays, c’est la même chose. Vous remarquerez qu’il y a plus d’Allemands qui savent compter que de français…