Petit-déjeuner le lundi 12 octobre 2015 : Crowdfunding, Crowdlending, nouvelle forme de financement, nouvelle forme d’épargne ?

Delphine Padovani d’Hautefort, Frédéric Baud, Et Yves-Gabriel Guillanton

sont heureux de vous convier au

Petit-déjeuner-débat Le lundi 12 octobre 2015 à 8h30

Crowdfunding, Crowdlending, nouvelle forme de financement, nouvelle forme d’épargne ?

Le crowdfunding a rapidement atteint un grand niveau de notoriété depuis ces dernières années. Au-delà des exemples connus de financement d’artistes ou de montres connectées, le crowdfunding a désormais un cadre légal depuis le 1er octobre 2014 qui permet, grande première en France, de prêter directement sans l’intervention d’une banque.

Mais que cela veut-il dire pour un chef d’entreprise dans le financement de son activité ?

Que cela veut-il dire également pour un investisseur d’avoir dorénavant une alternative au Livret A, avec ses risques, mais une affectation directe pour son épargne ?

Nous vous proposons un tour d’horizon de cette “nouvelle finance” et des impacts très concrets que cela peut avoir pour un chef d’entreprise ou un investisseur individuel.

Adresse de l’événement :

5 rue du chant des oiseaux

78360 MONTESSON

Programme

8h30 : Accueil, petit-déjeuner et intervention de Frédéric Baud, co-fondateur et président de PretPME.fr

9h30 : Fin

Petit-déjeuner le 9 octobre 2015 de 8h30 à 9h30 “Banques, assureurs-crédit : Et si les PME reprenaient le pouvoir sur leur notation”

Delphine Padovani d’Hautefort, Laurent Créhange, Yves-Gabriel Guillanton et Patrick Sénicourt

sont heureux de vous convier au

Petit-déjeuner-débat Le vendredi 9 octobre 2015 à 8h30

Banques, assureurs-crédit : Et si les PME reprenaient le pouvoir sur leur notation ? …

L’accès aux financements de la TPE-PME est très dépendant de la notation produite par la Banque de France, les banques, les assureurs-crédit et les credit-managers des grandes entreprises. Il y va parfois de leur survie…

Quelles logiques et quelles méthodes d’élaboration de ces scores ?

Quelles en sont les vertus et les limites ?

Qui sont les acteurs et leurs enjeux ?

Comment s’en défendre et les contester légitimement de manière argumentée et convaincante ?

Comment les faire évoluer, pour faire bouger les lignes… de crédit ?

Cette matinale sera l’occasion d’un balayage critique et constructif à 360°, sans concession, de la mesure de la performance (mais aussi des fragilités) de l’entreprise, par les tiers, et en interne.

Adresse de l’événement

Cabinet d’Avocats Créhange et Klein Associés

66 avenue Victor Hugo à Paris 75 116, code 5328

Rez-de-chaussée à gauche après la cour

Métro : Place Victor Hugo

Parking : Place Victor Hugo

Programme

8h15 : Accueil, petit-déjeuner et intervention de Patrick Sénicourt, spécialiste de la notation et du diagnostic des TPE-PME, Président de NOTA-PME SAS – www.nota-pme.com

9h30 : Fin

Compléter mes revenus

Payer moins d’impôt

Garantir ma retraite

Transmettre son patrimoine

Revue de marché au 5 octobre 2015

Avec l’aimable autorisation de BlackRock

  • Le 3e trimestre a vu la pire performance des marchés actions depuis 2011. Dans un contexte d’inquiétudes sur la croissance mondiale, les investisseurs ont de nouveau les yeux rivés sur les banques centrales.

Après la forte correction des trois derniers mois sur les marchés d’actions internationaux ($10 trillions de perte sur les marchés actions globaux), les investisseurs doivent à présent digérer de nouvelles données macro-économiques négatives. Les chiffres de septembre concernant le marché de l’emploi aux Etats-Unis ont été particulièrement décevants, et le secteur manufacturier américain subit clairement le poids d’un dollar fort et d’une consommation internationale atone. Les bénéfices des sociétés américaines pourraient ainsi devoir faire face à leur première baisse depuis la fin de la crise financière. On observe aussi un retour de l’aversion au risque (le Global Financial Stress Index – indice global de stress financier – a atteint son plus haut niveau depuis l’été 2012) qui pénalise les valeurs « momentum » et les titres les plus risqués. Ainsi, le NASDAQ Biotech a décroché de 30% depuis ces plus hauts de juillet. De même, l’impact des annonces de fusions-acquisitions sur la revalorisation des valeurs boursières impactées a aussi commencé à décliner.

  • La semaine dernière, les taux se sont contractés avec le 10 ans américain tombant sous les 2% pour la première fois depuis avril : les données de la semaine dernière suggèrent que l’économie américaine n’est plus immunisée face au ralentissement de la croissance mondiale.

Les taux ont baissé progressivement ces dernières semaines, dans un contexte de baisse des prévisions d’inflation aux Etats-Unis. Au plus bas, les taux des obligations du trésor américain à 10 ans ont même atteint 1,40%, soit leur plus bas niveau depuis 2009. La publication des chiffres de l’emploi vendredi dernier a accéléré cette chute. Non seulement les chiffres de septembre affichaient 50 000 emplois de moins que les prévisions mais les chiffres du mois d’août ont également été révisé à la baisse. En outre, les salaires horaires ont stagné tandis que le taux d’activité a atteint son pire niveau depuis 1977. Si enfin, on prend en compte les chiffres décevants de l’indice manufacturier ISM publiés plus tôt dans la semaine, les investisseurs se sont rendus à l’évidence que la croissance américaine au second semestre sera sensiblement en deçà des 4% observés au second trimestre. Dans ce contexte, la probabilité d’une remontée des taux de la FED cette année a été revue à la baisse et les taux courts ont fortement baissé (à titre d’exemple, les taux à 2 ans sont à leur plus bas niveau depuis juillet dernier). Il est à noter que la baisse des prévisions de croissance n’a pas épargné l’obligataire à haut rendement qui a vu $1.5 milliard de sortie pour la seule semaine dernière.

  • Si les données macroéconomiques en Europe restent positives, la publication des premiers chiffres d’inflation négatifs fait espérer aux investisseurs de nouveaux stimulus de la part de la Banque Centrale Européenne.

Les indicateurs économiques européens ont plutôt bien résisté dans ce contexte de ralentissement mondial. Contrairement aux Etats-Unis, l’indice recensant les bonnes ou mauvaises surprises économiques a très positivement progressé depuis juin. Ceci dit, des chiffres d’inflation négatifs pour la première fois depuis 6 mois (en dépit d’une inflation de base qui reste largement positive), des données économiques mondiales mitigées et un euro qui se renforce sont autant de signaux qui font espérer aux investisseurs une extension par la BCE du programme d’assouplissement quantitatif de sa politique monétaire. Une telle décision bénéficierait clairement aux actions européennes.

  • A l’exception de la Chine, les marchés émergents asiatiques ont connu une bonne semaine : les pays émergents recourent à tous les outils à leur disposition (politique monétaire et fiscales, réformes réglementaires…) pour atténuer le ralentissement de leur croissance.

Le gouvernement chinois a baissé l’acompte pour les primo-accédants immobiliers et la banque centrale d’Inde a abaissé son principal taux directeur de 50 points de base, soit deux fois plus que prévu. Ces mesures ont coïncidé avec une certaine stabilisation des actions des pays émergents. Si les actions chinoise A (cotées en Chine) se sont de nouveau dépréciées, on a observé une remontée des actions H (cotées à Hong Kong) ainsi que des actions indiennes, taïwanaises et coréennes. Dans un contexte de baisse de la probabilité d’une action immédiate de la FED, les investisseurs sont moins inquiets de l’impact d’un resserrement de la politique monétaire américaine sur l’économie de ces pays à court terme.

Soirée le lundi 5 octobre 2015 “Stratégies patrimoniales et assurance-vie”

Le lundi 5 octobre 2015 de 18h30 à 20h30 à l’ISG au 8 rue de lota 75116 PARIS

Les Clubs Assurance et Patrimoine ISG Alumni vous proposent de vous retrouver pour le First Monday d’Octobre

animé par Delphine Padovani (ISG 95), Alexandre Parker (ISG 2001) et Yves-Gabriel Guillanton

“Stratégies patrimoniales et assurance vie”

Le Lundi 5 octobre de 18h30 à 20h30

à l’ISG au 8 rue de Lota 75116 Paris

Pourquoi l’assurance vie est-elle le chouchou des français ? Comment optimiser son utilisation et son maniement ?

Sans conteste, l’assurance-vie reste le produit d’épargne préféré des français, notamment grâce à ses avantages fiscaux et son cadre juridique spécifique.

Mais un contrat d’assurance vie n’est pas seulement un placement, il permet de transmettre un capital à un ou des bénéficiaires choisis dans un cadre fiscal privilégié. Encore faut-il que la clause bénéficiaire soit correctement rédigée et aménagée afin d’optimiser la transmission du capital.

Seront abordés dans un premier temps les aspects juridiques et fiscaux de l’assurance vie, puis, la question de l’aménagement de la clause bénéficiaire au service de l’optimisation de la transmission.

Delphine Padovani (ISG 1995)

Delphine, diplômée du DES de Gestion de Patrimoine, a exercé notamment la fonction de contrôleur de gestion au sein de la banque Sofinco, Groupe Crédit Agricole avant de créer Priorités Patrimoine dont elle est la directrice.

Le principal enjeu d’intervention du cabinet est l’organisation du patrimoine de la famille afin d’en optimiser la gestion, la préservation et la transmission.

Alexandre Parker (ISG 2001)

Alexandre est titulaire du CMA promotion 2001. Il a démarré sa carrière en tant qu’analyste crédit à la COFACE sur les pays anglo-saxons, Japon, Israël et enfin la France (département alors en création). En 2005, Il rejoint le département commercial du courtier américain MARSH (Marsh & Mc Lennon Compagnies) en tant que conseiller spécialisé en assurance-crédit et affacturage. En 2010 il rejoint une TPE spécialisée dans le financement en crédit-bail et location financière de matériels roulants en courte durée. Il est alors en charge du développement de la structure.

Aujourd’hui, Alexandre est Agent Général AXA Prévoyance et Patrimoine.

Yves Gabriel Guillanton

Yves-Gabriel Guillanton a rejoint Priorités Patrimoine en 2012, après une carrière bancaire dans le groupe Crédit Lyonnais (directeur d’agences et de groupes d’agences à Paris et en région parisienne) puis chez JP Morgan Chase Fleming ( chargé du développement. )

Il travaille auprès de Delphine Padovani au développement de Priorités Patrimoine, notamment avec une clientèle de chefs d’entreprises, d’associations et de professionnels du chiffre et du droit.

De formation juridique et en droit des affaires, diplômé de Sciences Po Paris, il assure également des sessions de formation dédiées aux jeunes avocats.

Inscrivez vous dés maintenant !

Tarifs :

Cotisants : Gratuit

Non Cotisants et Extérieurs : 10 euros

Contact : Maëva Perez 01 56 26 11 20 – communication@isg-alumni.com